Ma mission de prouver que les objets d’occasion peuvent être luxueux

Bay Garnett s’est donné pour mission de rendre les magasins d’occasion aussi luxueux que n’importe quelle boutique de Bond Street. Ce mois-ci, le rédacteur de mode et collaborateur de Vogue a travaillé avec Oxfam et Selfridges pour créer une boutique pop-up aux côtés de certains des plus grands noms du luxe, dans le cadre d’une initiative plus large de Project Earth du grand magasin, visant à inciter les consommateurs et les marques à penser et à agir de manière plus durable.

« J’aimais l’idée de placer les vêtements d’occasion et d’économie dans un contexte différent, explique Garnett, je voulais juste jouer avec l’idée de faire un très bon montage, puis de mettre ces articles à côté de Gucci, Celine ou Prada, dans un magasin qui a toutes les caractéristiques d’un espace de luxe ».

Le 7 septembre, le magasin sera situé au deuxième étage de Selfridges et vendra des vêtements, des sacs et une sélection d’articles ménagers que Garnett a achetés dans les magasins et les entrepôts d’Oxfam, notamment une « combinaison vraiment brillante de Jean Paul Gaultier, comme une tenue de super-héros », ainsi que des vestes et des robes maximalistes du patrimoine, à la manière de Gucci d’Alessandro Michele.

Il est important de noter que tous les prix ont été fixés par Oxfam, de sorte que vous ne verrez pas les marges bénéficiaires importantes qui sont souvent appliquées aux vêtements d’occasion.

Garnett a longtemps milité pour l’achat de vêtements d’occasion. Dans les années 1990, elle a édité Cheap Date, un magazine de mode londonien anti-establishment consacré au shopping d’occasion. Dans ses pages, elle a réalisé de fausses campagnes qui ont changé les noms de marques de luxe en mots à la mode : « Yves Saint Laurent est devenu l’Armée du Salut, Christian Dior est devenu donateur de charité et Burberry a été emprunté.

Elle a commencé à travailler avec Oxfam il y a quatre ans, d’abord sur un défilé de mode intitulé Fashion Fighting Poverty, qui a donné le coup d’envoi de la Semaine de la mode de Londres en 2017, puis pour Second Hand September, une initiative qui met les consommateurs au défi de s’abstenir d’acheter de nouveaux vêtements pendant un mois. Le visage de la première campagne était celui de la top-modèle Stella Tennant – cette année, l’organisation caritative a fait appel à la star de I May Destroy You, Michaela Coel, pour faire avancer la cause.

« Aujourd’hui plus que jamais, à cause de la durabilité et de tout ce qui devient urgent, je me sens vraiment passionné », ajoute Garnett, « les vêtements d’occasion sont vraiment la seule façon durable d’acheter des vêtements.Et je sais que ce n’est pas réaliste – et je n’achète pas seulement des vêtements d’occasion, mais je pense qu’il doit y en avoir plus. D’une certaine manière, c’est un bon indicateur de cela ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.